Dakar envahi par la poussière

Article : Dakar envahi par la poussière
25 mai 2020

Dakar envahi par la poussière

Dakar envahi par la poussière
Dakar plateau brouillé par la poussière
Dakar envahi par la poussière

A l’aube, quand beaucoup de Dakarois se lèvent pour aller à la prière, à l’école ou au travail, les fenêtres de leurs chambres sont envahies par la poussière. Les objets qu’on n’a pas eu le temps de cacher sont eux aussi couverts de fines particules de terre.

En plein milieu de Dakar envahi par la poussière, la respiration est difficile à l’extérieur. Beaucoup de passants mettent un mouchoir sur leur nez. D’autres ont déjà des masques anti-particules. Ce sont les rares avertis qui ont pris leurs précautions. Il faudra attendre un peu plus tard dans la journée pour que les packs de masques soient arborés par les marchands ambulants. Très vite, les stocks se vident, les protections sont massivement achetées aux coins des rues de Dakar. Les étudiants, les chauffeurs de transports en commun, les passagers, tout le monde en porte car la poussière persistante n’épargne personne. 

Elle est même particulièrement dure à supporter pour ceux qui souffrent déjà de problèmes respiratoires. « Sale temps », ont-ils pour beaucoup répété après s’être réveillés enrhumés, en passe de vivre une plus rude journée que d’habitude.

A la pollution perpétuelle qui règne dans la capitale, s’est ajoutée une dense couche de poussière qui aggrave logiquement la situation. Certains ont jugé plus sage de rester dans leur domicile pour ne pas prendre de risque, ou du moins l’ammoindrir car la mauvaise qualité de l’air règne également dans les maisons.

Des concentrations PM10 et PM2,5 inquiétantes

Espérant que la situation allait vite se décanter, les Sénégalais ont malheureusement appris par la suite que la situation devrait perdurer 48h encore. Le Centre de Gestion de la Qualité de l’Air (CGQA) de la Direction de l’environnement et des établissements classés avait donné l’alerte, mais la majotité ne l’avait pas reçu. L’heure est à réfléchir sur les précautions à prendre. Les messages d’appel à la vigilance se transmettent. Les conseils de protection foisonnent sur les réseaux sociaux.

Dakar envahi par la poussière
Un homme se protégeant contre la poussière avec un masque antiparticule
image: rfi.fr

« Les concentrations moyennes horaires de PM10 ont dépassé 750 microgrammes par mètre cube et les PM2,5 avoisinent les 100 microgrammes par mètre cube ». C’est la précision du dispositif de surveillance de la qualité de l’air. Très au-delà des normes de l’OMS qui sont de 50 µg/m3 en moyenne journalière pour les PM10 et 10 μg/m3 pour les PM2,5.

 Les météorologues affirment que les poussières provenant du Sahara dégradent davantage la qualité de l’air. Mais cette invasion de poussière n’est pas anodine. Elle est anecdotique de la situation qui a fait de l’« urgence climatique » l’expression de l’année 2019 selon Oxford. En 2020, l’action des hommes contre l’environnement continue et nous expose à ses conséquences néfastes. Les Sénégalais ont vécu une de celles-ci en début de semaine avec ces nuages de poussière qui les ont submergés. Les perturbations de grande ampleur liées à ces vagues de poussière tirent leurs origines en partie de l’action de l’homme.

L’homme et l’environnement, l’autre inquiétude

Certes les vents provenant du Sahara sont un principal facteur aggravant la mauvaise qualité de l’air. Mais il faut dire qu’avec plus de poumons verts les vents de sables pouvaient être ralentis. 

Le problème ce n’est peut-être pas juste les vents du Sahara qui nous envahissent. Le véritable problème est l’impossibilité de les freiner. Un environnement vert ne serait pas aussi vulnérable face à la tempête de sables.

À la place, des monstres de béton sortent de terre à une vitesse extraordinaire. Le Sénégal perd analogiquement 40.000 hectares de forêt par an, de l’aveu même du Président Macky Sall en 2018. 

Des chiffres inquiétants qui montrent à quel point le pays est vulnérable à de tels phénomènes atmosphériques. Le Sénégal reste ainsi en retard vis-à-vis de ses priorités environnementales. 
Le réchauffement climatique qui exacerbe les saisons sèches ne permet plus à toutes les variétés d’arbre de survivre ou de se régénérer naturellement. 
Pour ne rien arranger, beaucoup de foyers sénégalais utilisent le charbon de bois comme source d’énergie. Pour repasser, pour cuisiner, pour se protéger contre le froid, le charbon de bois est utilisé par 80% des familles. Il se vend à un moindre coût sans qu’un reboisement à la hauteur ne soit édicté. Ces habitudes quotidiennes voire traditionnelles parfois perçues comme banales ne font que perpétuer le déboisement.

Mais heureusement…

Face à ces multiples faiblesses sur le plan écologique, tout le pays ne reste pas muet. Beaucoup d’associations et de jeunes sensibles aux questions environnementales tentent de rétablir des espaces verts ou suggèrent leur aménagement. L’association Nebeday mène une opération de reboisement très importante avec 760 182 arbres plantés en 2019. Elle promeut en outre les combustibles durables tels que le charbon de paille. Celui-ci en lieu et place du charbon de bois cité plus haut. Par ailleurs, l’idée de faire de l’aéroport de Dakar un parc, revenait souvent ces dernières semaines. Conscients de l’ « urgence climatique » les internautes ont lancé des pétitions pour l’ouverture d’un nouvel espace vert dans l’agglomération dakaroise. Pour eux, la transformation de l’ancien aéroport en un parc offrirait une bouffée d’oxygène à la capitale.

Les phénomènes liés aux problèmes climatiques, environnementaux  s’accentuent de plus en plus à travers toute la planète. Mais, comme dans d’autres pays, le Sénégal compte de plus en plus de mouvements pour la protection de la planète. De quoi espérer ralentir les méfaits du réchauffement climatique et protéger l’environnement  pour les prochaines générations.


Partagez

Commentaires

M. Demba @diasporaonline
Répondre

Vous avez tout résumé: Certes les vents provenant du Sahara sont un principal facteur aggravant la mauvaise qualité de l’air. Mais il faut dire qu’avec plus de poumons verts les vents de sables pouvaient être ralentis...

À la place, des monstres de béton sortent de terre à une vitesse extraordinaire. Le Sénégal perd analogiquement 40.000 hectares de forêt par an, de l’aveu même du Président Macky Sall en 2018...

La responsabilité est collective et la responsabilisation des acteurs de la societe civile, des mouvements de jeunesse et autres acteurs de l’écosystème du développement territorial n’est pas assuré par nos pouvoirs publics. Il faut une réelle Volonté Politique pour addresser ce fléau... même des espaces verts locaux pour aider a régler beaucoup de ces problèmes connexes...

Mary Soumaré
Répondre

Merci beaucoup pour votre commentaire.
Il faut que les politiques sénégalaises tournent plus vers l'urgence climatique.

Fatou DANFA
Répondre

Bonne continuation, j'apprécie avec ce vocabulaire accessible .

Aliou Thiam
Répondre

Franchement c'est aussi pertinent qu'instructif

Mary Soumaré
Répondre

Merci beaucoup d'avoir lu

idrissa
Répondre

Merci ma chére votre article est trés pertinent

Mary Soumaré
Répondre

merci beaucoup

Mansour
Répondre

Très intéressant comme article en plus il est documenté.
En plus de la poussière émanant de zones arides (conséquences directes de la déforestation), Dakar ers aussi victime et de la Décharge de Mbeubeuss située à MAlika dans la Banlieue dakaroise et des émissions de gaz tres importantes des transports. Tout ceci asphyxie Dakar .
Le Diagnostic a été fait depuis longtemps et on sait exactement de quoi il en ressort.
Comme solutions :
🔘 Aménager des Espaces Verts
🔘 Fermer Mbeubeuss et la Délocaliser
🔘 Réguler le secteur du Transport à Dakar
🔘 Plus important c’est l’application des lois en vigueur

Mary Soumaré
Répondre

Merci beaucoup pour votre commentaire. Il y a encore beaucoup à faire côté écologie dans la capitale.

Mary Soumaré
Répondre

Merci beaucoup pour votre commentaire.
Il y a des progrès à faife côté écologie pour refaire vivre Dakar

Fatou DANFA
Répondre

Bonne continuation, j'apprécie surtout avec un vocabulaire accessible.
le sujet est intéressant , on doit vraiment invité nos dirigeants à y prendre place car il est souvent bafoué surtout en Afrique.

Mary Soumaré
Répondre

merci beaucoup.
On doit encore investir dans ce secteur

Sene Hor
Répondre

Excellent article. Espérons qu'il parvienne tant aux autorités, qu'aux populations se livrant à des actes de déforestation.

Mary Soumaré
Répondre

L'heure est grave. Merci pour votre commentaire.

Moustafa Thiothio FAYE
Répondre

Bonne contuation. Vous avez tout résumé bel article vocabulaire simple et accessible!

Mary Soumaré
Répondre

merci beaucoup

Djiby Bielsa
Répondre

Bel article!

Mary Soumaré
Répondre

Merci beaucoup