Le féminisme islamique, c’est quoi ?

Article : Le féminisme islamique, c’est quoi ?
13 juin 2020

Le féminisme islamique, c’est quoi ?

Féminisme islamique symbole
islamic feminism symbol, © Gazelle, via Wikimedia Commons

Le féminisme n’a pas tout d’un mouvement unitaire. Il a traversé des générations et des siècles, des pays et des continents. Mais il s’inscrit surtout dans divers contextes spacio-temporels et socioculturels. Le féminisme islamique est lui ancré dans un contexte religieux islamique.

Loin d’un féminisme importé

Parler de féminisme et d’islam serait oxymorique pour beaucoup de Musulmans et non-Musulmans. Autant du côté des fondamentalistes islamistes que du côté des islamophobes pour qui l’islam serait foncièrement machiste.

Le feminisme islamique naît dans le cadre religieux de l’islam. Il rejoint le féminisme judaïque et le féminisme chrétien déjà présents. Il adopte la notion d’égalité et de justice sociale communes à tout mouvement féministe.

Contrairement aux idées de ses détracteurs, le féminisme musulman n’émane pas d’une volonté de copier l’Occident. Son contexte d’émergence en dit long d’ailleurs. Bien que l’expression ne survienne que vers les années 1990 en Iran. Pourtant dès le XIIe siècle les réflexions du philosophe musulman Averroes étaient poussées dans ce sens.

Une féministe musulmane invitait justement à décoloniser le féminisme. Cette tendance qui fait croire qu’il serait l’apanage de l’Occident. J’ajoute que le féminisme n’a pas de pays de naissance. Le féminisme naît dans les consciences.

Pour revenir à la période d’émergence du féminisme islamique… Au Maghreb en tout cas, elle correspond à la période des revendications indépendantistes. Les féministes défendent l’émancipation de leur pays et celle des femmes. En Égypte on citerait les féministes nationalistes alliés de Nasser. Pourtant, la France, prétendue modèle de référence, à cette époque était encore sexiste. Les maghrebins s’opposaient par exemple au code civil napoléonien qui faisait des femmes des mineures.

Féminisme islamique et musulman.e feministe

Le feminisme islamique est surtout présent dans les pays arabes musulmans. Ce mouvement conteste le statut social et politique reculé des femmes. Il revendique une (re)lecture féminine des Textes. Une pensée islamique qui évolue comme le suggère le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne.

« La pensée de l’Islam est en mouvement et ne devrait pas être pétrifiée «

Ainsi les revendications des féministes musulmanes se justifient par l’esprit égalitaire des Textes sacrés. Mais ces Textes nécessitent une contextualisation, une historicisation. Ce qui aboutirait à une égalité conforme à l’intention des Textes.

Les contestations se fondent donc sur l’effort de l’ijtihad (reflexion, interprétation des textes). Et les juristes et/ou théologien.nes islamologues soulèvent les questions féminines problématiques de la religion. Ces spécialistes affirment la nécessité de relire les Textes sans les lunettes patriarcales. Ils rejettent ainsi les interprétations rigoristes médiévales effaçant les femmes de la société.

D’où la volonté que les femme puissent devenir légalement « mufti » (interprète de la loi musulmane). Jusque-là seuls les hommes accèdent à ce titre dans les pays musulmans.

Par ailleurs le musulman féministe est un féministe de manière générale. Il est de confession musulmane. Son feminisme n’a pas une envergure religieuse. Il est plutôt de tendance juridique générale et sociale.

Et si je prenais mon exemple pour illustrer ? Je dirais que je suis féministe et musulmane. Je vis au Sénégal. Ce dernier est un pays laïc. Mais il y a encore des lois discriminatoires.

En outre pour militer, le musulman feministe vivant dans un pays laïc n’a pas besoin de convoquer les Textes. Cependant, le féminisme islamique occupe de plus en plus les débats en Europe. En fait Il est souvent revendiqué par les originaires du Maghreb. Il obtient une place importante dans les études féministes modernes.




Partagez

Commentaires

Maman Fatou DANFA
Répondre

En tout cas la route est longue mais on l’espère vraiment .Malheureusement les sénégalais ne comprennent pas jusqu’à présent qu’on peut parler d’un féminisme musulman ,pour eux féminisme égal ennemi de religion or le féminisme s’est inscrit depuis longtemps dans les textes sacrés . De ma part j’aimerais bien voir un féminisme comme tu l’as si bien noté dans ton article “un féminisme qui adopte la notion d’égalité et de justice sociale commune à tout mouvement féministe “. Ça me rappelle encore les phrases de Olympe de Gouges “c’est un plaidoyer pour un véritable égalité de tous,homme et femme,devant la loi ,comme au sein de la famille,une égalité qui ferait des femmes de pleines citoyennes ,dotées des mêmes droits et des mêmes devoirs que les hommes”. Et c’est ce qui nous permettra de sortir sur cette éternelle mineure qu’on nous inflige jusqu’à présent et qui fait de nous des esclaves . On revoit cette même mise en question avec Flora Tristan que j’adore bien “pourquoi une femme resterait-elle liée à un homme qui a sur elle droit de vie et de mort?” 😢 ☹️en tout cas c’est le grand combat des féministes.Sinon je t’invite sur “féminisme et religion dans l’œuvre de George Sand

Mary Soumaré
Répondre

Effectivement. Merci pour le commentaire

Umart’
Répondre

Merci pour ces éclaircissements. Contrairement à une idée reçue, Je retiens que feminisme et religion ne sont pas opposés. Au contraire, le féminisme est une lutte pour les conditions des femmes et non, comme c’est le cas au Sénégal, une opposition entre Homme et Femme.

Mary Soumaré
Répondre

Exactement

Mawulolo
Répondre

J'ai bien aimé ton billet. J'ai donc eu raison de toujours pensé que nous les hommes, en tout cas certains parmi nous mais pas moi, avons toujours profité des situations pour nous tailler la part du lion.
il est temps que nous changions et aussi et surtout que les femmes, elles-mêmes également ne se laissent pas leurrer par de fausses interprétations des textes sacrés que ce soit de l'Islam ou du Christianisme...